Méditation / Faut-il attendre une révélation avant de s’engager ?

«Samuel faisait le service devant l’Eternel (…) Le jeune Samuel continuait à grandir, et il était agréable à l’Eternel et aux hommes» (I Samuel 2 v 18 ; v 26) «Samuel ne connaissait pas encore l’Eternel, et la parole de l’Eternel ne lui avait pas encore été révélée» (I Samuel 3 v 7)

Le récit biographique du juge Samuel est étonnant. La Bible nous rapporte qu’il servait l’Eternel au temple et qu’il lui était agréable… avant de préciser un peu plus loin, que «Samuel ne connaissait pas encore l’Eternel», et qu’il n’avait pas encore reçu de révélation particulière. Comment est-ce possible ? Ne faut-il pas attendre une révélation pour s’engager au service de Dieu ?

Certains mandats divins découlent en effet d’une révélation. Il paraît évident que Saul ne serait jamais devenu l’Apôtre Paul, sans une puissante manifestation divine sur le chemin de Damas (Actes 9), ou encore que Noé n’aurait jamais construit son Arche sans un appel clair et précis de la part de Dieu (Genèse 6 v 8-22). Mais l’Eternel, qui «sonde les cœurs» (Psaume 7 v 10), aime se révéler à ceux qui manifestent un cœur pur et un engagement fidèle. D’ailleurs, c’est précisément, parce que «Noé était un homme juste et intègre» (Genèse 6 v 9), que Dieu l’a choisi pour accomplir une mission qui bouleversera l’histoire de l’humanité. De la même manière, avant que Job ne puisse s’écrier : «Mon oreille avait entendu parler de toi, mais maintenant mon œil t’a vu» (Job 42 v 5), la Bible nous rapporte au premier verset du premier chapitre du livre de Job, que «cet homme était intègre et droit, qu’il craignait Dieu et qu’il se détournait du mal».

Quant à l’Apôtre Paul, c’est par amour pour Dieu qu’il persécutait les chrétiens… Sa connaissance de Dieu était certes erronée, mais Dieu voyait en lui le zèle qu’il déploierait pour annoncer son Evangile. Pensez-vous que Dieu lui aurait accordé une telle vision et un tel ministère «international», s’il n’avait pas manifesté au préalable un engagement et une détermination à toute épreuve ? Dieu savait qu’il pourrait compter sur lui et qu’il ne reculerait pas devant un fardeau aussi important.

Samuel s’est mis au service de l’Eternel, sans même le connaître et sans attendre une révélation particulière.  C’est pourquoi, Dieu n’a pas manqué de se révéler à lui par l’intermédiaire d’une vision (Samuel 3 v 10-15). Après quoi, il devint rapidement prophète et sacrificateur (Samuel 3 v 20). Soyons certains, que notre Dieu, qui est «le même hier, aujourd’hui et éternellement» (Hébreux 13 v 8), ne manquera pas de se révéler et de nous établir selon son dessein, si nous nous engageons dès aujourd’hui à le servir fidèlement. Comme Samuel, ayons la conviction que l’engagement engendre la vision et que la vision engendre l’établissement.

Certes, la lumière de Dieu est nécessaire pour marcher dans la bonne direction, mais n’attendons pas passivement une révélation et ne faisons pas de cette attente, un prétexte à notre inaction. De toute évidence, nourrir de tels prétextes nous empêcherait d’entrer dans les plans de Dieu pour notre vie. Si Dieu vous trouve plus souvent au lit qu’au travail, ne vous attendez pas à ce qu’il vous confie d’importantes missions !

Paul OHLOTT

Publicités

11 commentaires

  1. La première démarche à faire est la repentance, après avoir compris la valeur du sacrifice du Christ. Mais, s’il n’y a pas de repentance au début, ce qui peut fréquemment arriver, c’est la volonté d’obéir au Seigneur seul. Par la suite, le Saint Esprit nous conduira vers la repentance selon son plan. Maintenant il est bon que le néophyte s’instruise dans l’Écriture pour pouvoir être apte au service que Dieu lui demandera (pas nécessairement pasteur, évangéliste ou missionnaire).
    Une fois qu’il possède un certain niveau, il est bon de demander au Seigneur et maître (ou même avant) ce qu’il aimerait que l’on fasse pour Lui. En effet, si on fait quelque chose pour Dieu sans son assentiment, il est loin d’être sûr que cela lui plaise. Attendre c’est parfois l’acte de fidélité et de confiance le plus dur que l’on peut exercer. Pour tous les actes il est vraiment important que l’on s’attende aux directive de notre Dieu Ainsi, le choix de l’épouse ou du mari, le choix d’un métier et que sais-je d’autre. En toute chose il est bo,n de s’attendre à une réponse nette du Seigneur mais, cette réponse n’aura pas probablement lieu de la manière dont on voudrait ou que nous pensons.

    1. Bonjour Isaïe,

      Merci pour votre message. Permettez-moi quelques commentaires sur certaines phrases que vous avez écrites.

      1/ Vous écrivez « une fois qu’il possède un certain niveau »… Pensez-vous que le Seigneur ait attendu que les disciples possèdent un certain niveau avant de les envoyer ? Ou les a-t-il formés en les envoyant sur le terrain ? Remarquez que je ne suis pas défavorable à la formation, bien au contraire,… mais Jésus travaillait avec les jeunes convertis.

      2/ Vous écrivez « si on fait quelque chose pour Dieu sans son assentiment, il est loin d’être sûr que cela lui plaise »… certains ont tellement peur de mal faire, qu’ils finissent par ne rien faire… En regardant la vie des premiers disciples, je crois que Dieu préfère ceux qui travaillent en commettant des erreurs, plutôt que ceux qui attendent passivement, et parfois longtemps… afin d’être « sûr »…

      3/ Vous écrivez : « Attendre c’est parfois l’acte de fidélité et de confiance le plus dur que l’on peut exercer »… oui parfois ça l’est, je suis d’accord avec vous. Mais si cette attente est réellement spirituelle, elle portera des fruits… si elle n’en porte pas, c’est qu’il s’agit plutôt d’un prétexte à l’inaction.

      4/ Vous écrivez : « Pour tous les actes il est vraiment important que l’on s’attende aux directive de notre Dieu Ainsi, le choix de l’épouse ou du mari, le choix d’un métier et que sais-je d’autre »… Je suis d’accord que Dieu doit éclairer nos choix de vie… mais combien refusent de se marier parce qu’ils attendent une « révélation » ? Ou est-il écrit dans la Bible que Dieu répondrait systématiquement à nos prières par des songes, des visions ou des révélations ? Parfois, il nous guide tout simplement par sa « paix » et il nous demande aussi d’user de « bon sens ». [Voir une autre méditation sur ce sujet : https://eglisecarmel.wordpress.com/2011/02/22/meditation-la-foi-lopposee-du-bon-sens/ ]

      Bénédictions, Paul.

  2. Au début lma réponse à la question du titre était plutôt OUI, mais en lisant le texte j’ai compris et je suis d’accord avec l’auteur !…
    Merci pour cette bonne réflexion que je transmettrai à des contacts !

  3. Oui. bien sûr. Je n’aurai pour exemple que Jésus. Tout jeune il savait que Dieu était son père : Il en a parlé aux docteurs. L’AT dit qqpart que Dieu est notre père aussi. Ailleurs que nous sommes à son impage, à sa ressemblance. Et même le fils prodigue est à l’image et à a ressemblance de son père (c’est un humain). Mais ce n’est que, fruit de son expérience (de son péché) qu’il a eu une révalation de l’amour de son père. Revenons à Jésus. Ce n’est qu’après avoir eu la révélation directe d’être fils de Dieu à som baptême qu’il a manifesté la bonne Nouvelle avec puissance. Avant il n’avait fait aucun miracle. Et encore ! il a fallu que sa mère le pousse pour le faire.
    Nous de même, si nous n’attendons pas une révélation divine nous risquons de ne pas faire ce que Dieu a en réserve pour nous, ou de le faire mal, au point d’attirer la raillerie. Sinon comme Samuel nous servirons l’Eternel mais « de tête », « en parole ». Pas en puissance ! D’autant plus que Pascal disait que l’homme confond souvent son imagination avec la Réalité ! Les Musulmans lambda connaissent de tête leur Dieu, mais seuls les grands mystiques de l’islam ont réalisé (dixit le Père Bro dans les conférences de Carême à ND de Paris, diffusées sur France Culture) que l’homme et Dieu sont UN. C’est ça la nouvelle naissance qu’il faut retrouver. Cette unité que rien ne peut changer. Adam lui, trompé par Satan, la cru l’avoir perdue (et nous avec) et cru qu’en faisant ce que disait Satan il allait la retrouver. Être comme Dieu voir Jean 5:18 est la solution : se savoir fils . Il faut naitre de nouveau, c’est à dire redevenir comme Adam était avant la chute, pour laquelle Dieu s’était réjoui. Ou encore être comme Jésus qui lui n’en n’a jamais douté… même pendu sur une croix. C’est pour cela qu’il est merveilleux, admirable. Il a tenu bon !
    Et cela doit nous être possible aussi si nous croyons que nous aussi pouvons faire comme lui. Les premiers martyrs pendant trois siècles l’ont bien vécu. « Le disciple accompli est comme le maitre » Luc 6:40. Celui qui est né de nouveau ne pèche plus (IJean 5:18 ou 3:9.)

    1. Merci pour votre réaction. Je me permets quelques petits commentaires pour nourrir votre réflexion.

      1/ Ce n’est pas parce que Jésus n’a pas fait de miracles avant son baptême qu’il ne servait pas Dieu… Bien au contraire ! En effet, par engagement, je n’entends pas « signes, prodiges et miracles »…

      2/ Jésus ne s’est pas fait baptiser par révélation, mais par obéissance et pour faire ce qui est juste.

      3/ Vous écrivez : « si nous n’attendons pas une révélation divine nous risquons de ne pas faire ce que Dieu a en réserve pour nous, ou de le faire mal, au point d’attirer la raillerie ». Dieu peut nous parler par visions, songes ou révélations, mais parfois il nous parle simplement par sa Parole, par conviction ou en nous remplissant de sa paix. Ou encore, au travers des autres. Et c’est bien souvent en étant sur le terrain, en travaillant, que l’on découvre ce pourquoi nous sommes fait vraiment, nos dons et nos faiblesses. C’est lorsqu’on se met en action, que Dieu peut commencer à nous former et à nous confier des missions… Après trente ans de vie chrétienne, certains sont toujours assis sur un banc d’église à attendre une révélation quant à la volonté de Dieu pour leur vie… C’est bien regrettable. Quant aux erreurs, elles sont bien souvent nécessaires pour progresser. Elles font partie de la formation. Les disciples de Jésus en ont commises. Et on pourrait même accuser Pierre de blasphème… A défaut d’être meilleurs qu’eux, j’invite chaque chrétien à s’engager et à être fidèle dans de petites choses,tout en cherchant la face de Dieu, car c’est ainsi qu’ils pourront recevoir des révélations et se voir confier de plus grandes missions.

      4/ Vous écrivez : « comme Samuel nous servirons l’Eternel mais « de tête », « en parole ». Pas en puissance ! »… Que savez-vous vraiment de la vie du jeune Samuel sinon ce que la Bible nous rapporte, à savoir qu’il était « agréable à l’Eternel et aux hommes ». C’est pas mal d’être agréable à Dieu, non ? En outre, il n’aurait pas été établi prophète, si Dieu ne l’avait pas trouvé engagé. C’est son engagement qui l’a amené à une révélation et à son institution ministérielle. Il n’a pas attendu de révélation pour s’engager.

      5/ Pensez-vous qu’il faille attendre une révélation pour faire le ménage dans l’église ou pour aider son prochain ? Pensez-vous qu’il faut vraiment une révélation pour accepter un job ou suivre une formation ? Pensez-vous que la révélation est indispensable pour apprendre à jouer d’un instrument ? Attendez-vous une révélation avant de louer un appart ou d’acheter une maison ?… Je crois au contraire que la recherche systématique de « révélation » traduit un manque de confiance en Dieu… car si nous croyons que Dieu veille sur nous, croyons aussi qu’il saura ouvrir et fermer les portes quand il le faudra.

  4. Merci pour cette méditation. Je crois que plusieurs églises souffrent justement parce que trop de parties du coprs n’offrent pas leurs dons, (présents de notre Dieu), au service commun que ce soit d’enseigner ou de faire le ménage dans le lieu de rencontre. Tout est important. Tout enfant de Dieu est appelé à servir selon la capacité de chacun.

  5. Je crois que chaque chrétien devrait se mettre impérativement au service sans attendre de révélation. Tout en servant Dieu, il pourra toujours nous réorienter, s’il désire nous utiliser ailleurs que dans le ministère ( je ne parle pas ici d’église, mais du domaine d’activité ) dans lequel nous le servons. Ne restons donc pas inactifs sous prétexte qu’il faut d’abord avoir la révélation de ce que l’on doit faire. Ce que tu dois faire pour le Seigneur est déjà en toi sous forme de talent(s).Dieu n’utilisera que ce qu’il a mis en chacun de nous. N’a-t-il pas dit à Gédéon: « vas avec la force que tu as… » N’étouffons pas et n’enterrons pas le(s) talent(s) que Dieu nous a confié(s), multiplions le(s) pour la gloire de Dieu. A force d’attendre le top départ de la direction à prendre, la « remise des trophées » ce fera alors que tu seras encore sur la ligne de départ. A quoi servirait alors l’esprit de Dieu qui habite en nous ? Le « Maître » sera content de nous s’il nous trouve à l’oeuvre.

  6. Je dis Amen à Paul. Merci pour cette réflexion qui nous encourage beaucoup et fraternelles salutations.
    Laurence

  7. Bonjour à tous(e),

    Oui mais NON !

    Je m’explique. J’ai été fortement engagé dans une assemblée Chrétienne Évangélique très connue en France, j’étais simultanément responsable d’un Club d’Enfant, Musicien et Imprimeur, et ce depuis plus de 20 ans. Vingt années d’un bonheur parfait et pur au service du maitre. Tout s’arrêta presque simultanément au travers de Délation mensongère, Manque de confiance et surtout d’estime du Pasteur et enfin décision plus qu’arbitraire au sujet de qui joue ou ne joue pas « en effet je suis saxophoniste »
    J’ai fais une dépression grave mais heureusement courte « sans en dire plus » et finalement, quelques années plus tard, j’ai convoqué les gens qui m’avaient, à mon sens fait du tord et je leur ai fait ce que mon cher ami Michel Allard appelle, LA FACTURE. J’ai évidement pardonné et aujourd’hui je suis au chômage dans mon église, j’ai 46 ans, un potentiel vraiment intéressant, des Pasteurs qui prêchent en disant à tous(e) IL FAUT SERVIR LE SEIGNEUR ! Mais moi j’ai été licencié !?! Qu’est-ce que je fais ?
    Alors comprenez que je dis oui mais NON ! ! !
    Dorénavant c’est le Seigneur qui me dira, car je ne sais pas si je supporterai à nouveau la mise au rencard ,pour cause de jalousie, mesquinerie, soif d’être devant l’autre pour exister, trahison, délation ect etc.
    Merci Seigneur Jésus de m’avoir donné la grâce de leur pardonner véritablement, de les aimer, de te les apporter et de pouvoir librement te louer et t’adorer dans ton temple avec mes frères et soeurs que j’aime de tout mon coeur.
    MARANATHA !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s